11 juillet 2008

Culture et public: un enjeu commun sur Internet

Culture_et_InternetLe projet de loi "création et Internet" destiné à lutter contre le piratage des œuvres musicales et cinématographiques sur Internet, intervient moins de 2 ans après la loi dite "DAVSI" d'août 2006, laquelle fut, on le sait, la source d'affrontements et de polémiques. Depuis lors le paysage technologique et économique n'a cessé d'évoluer très rapidement, mais la fraude a continué à se développer, et le marché mondial du disque à s'effondrer, en dépit de la progression des ventes de musique en ligne, qui sont cependant encore loin de compenser la baisse vertigineuse des ventes de CD.

 

Comme le précédent, le nouveau texte de loi semble annoncer un combat frontal et quelque peu caricatural entre les militants du "tout-gratuit", et les défenseurs de la création. A l'évidence, à s'en fier du moins à "la montée des tensions" que l'on peut d'ores et déjà percevoir, le gouvernement, pas plus qu'il y a deux ans, ne semble avoir su trouver l'équilibre entre les préoccupations des internautes d'un côté, et les droits moraux et à rémunération des artistes de l'autre: c'était pourtant son rôle, et même son devoir. Faut-il s'en étonner, dans le contexte actuel d'affaiblissement de la politique culturelle ? Les uns vont crier à l'atteinte aux libertés et diaboliser les "majors" du disque, accusées d'archaïsme, tout en feignant d'ignorer l'intérêt des grands acteurs du numérique, pourtant autrement plus puissants, à l'absence de règles, les autres seront prompts à encourager d'éventuelles tentations répressives, tout en négligeant les pratiques nouvelles issues de la révolution numérique ou le développement du logiciel libre. Le clivage sur ce sujet traverse aussi, nous le constatons, les partis politiques, de gauche comme de droite. Bis repetita?

Qu'il nous soit ici permis de dire que l'alliance entre le public et les artistes est plus que jamais indispensable, et qu'il nous faut lutter, toujours et encore, contre le danger de l'uniformisation culturelle, qui menace la diversité et le pluralisme. Et qu'il nous soit permis de rappeler combien le droit d'auteur, héritage des Lumières et de la Révolution française, est non seulement l'outil de défense et de rémunération des auteurs, des artistes, des producteurs, en particulier indépendants, mais encore une condition indispensable de la liberté du public, c'est à dire du peuple, dans la multiplicité et la richesse de ses composantes et de ses aspirations.

Nous ne voulons pas d'une mondialisation à sens unique, qui ne bénéficie qu'aux produits formatés et à ceux qui les diffusent. La diversité culturelle n'est pas l'apanage d'une minorité qui jouirait seule du privilège d'accéder aux œuvres de l'esprit, elle est au contraire un bien commun de l'humanité, qui doit être largement partagé. Elle est un droit et une valeur, et le droit d'auteur en est le garant. La logique marchande se nourrit d'une absence, celle de la régulation, sur Internet comme ailleurs, et ses thuriféraires veulent nous faire croire qu'il est vain de vouloir instaurer des règles dans l'ère numérique, parce que les avancées technologiques iraient toujours plus vite que les dispositifs juridiques conçus pour les maîtriser, et que la gratuité serait désormais un fait, un acquis, une indépassable frontière. Nous refusons cet économiquement correct, ce technologiquement insurmontable, que l'on tente de nous imposer et qui ne sont que des soumissions paresseuses à la loi du marché.

Qui sont les forts et qui sont les faibles, aujourd'hui, sur le net ? Les artistes et les producteurs de contenu, ou bien les fabricants de matériel, les fournisseurs d'accès et les opérateurs de télécommunication ? Poser la question c'est y répondre. C'est pourquoi la réglementation et la redistribution libèrent, tandis que le laisser faire opprime, en favorisant ceux qui le sont déjà. La récente crise financière mondiale vient de remettre à l'ordre du jour l'intervention publique, y compris dans les pays qui y étaient jusqu'ici les plus réticents. Il n'y a pas plus de révolution numérique libre et créative sans respect de la diversité de l'offre et prise en compte de l'intérêt général que de mondialisation heureuse sans rôle correcteur des pouvoirs publics.

Mais nous ne voulons pas non plus d'une répression sans nuances qui s'abattrait sur les internautes, jeunes et pauvres de préférence, ou qui les poursuivrait sans cesse en scrutant le moindre de leur clic: la société de surveillance ne peut pas être l'horizon culturel du 21e siècle. Les dynamiques d'Internet, en étendant les réseaux, en créant de la richesse économique, sont susceptibles de multiplier les contenus: dans un tel contexte la confiance, qui facilite, doit prévaloir sur la défiance, qui restreint ou entrave. La diffusion des œuvres s'accélère de façon considérable; il ne s'agit pas de la corseter.

En revanche, la confiance ne saurait signifier la naïveté. Si le piratage n'est pas combattu, ce sont les industries de la création qui s'effondreront, alors qu'elles constituent un atout majeur de notre pays dans la nouvelle économie de l'immatériel. Si tout est gratuit, c'est l'exception culturelle qui disparaîtra, renvoyant brutalement auteurs et poètes au "temps jadis", celui d'avant la conquête de leur droits, celui d'avant la justice, celui de la spoliation du fruit de leur travail. Car le droit d'auteur est une conquête sociale, une conquête culturelle, donc politique.

 

Les partisans du tout marché et de la dérégulation tentent d'opposer les créateurs et les publics, en faisant appel à ceux-ci en tant que consommateurs. Déjouons ce piège. Pour les uns et pour les autres, l'enjeu de civilisation est le même, et l'intérêt profond est commun, si bien que le combat peut l'être aussi : celui d'une production culturelle sans cesse plus riche et plus diversifiée dans un univers en plein bouleversement, celui d'un élargissement de la culture, du savoir, de la connaissance au bénéfice de tous.

Posté par Mapiedse à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Culture et public: un enjeu commun sur Internet

Nouveau commentaire